Page principale Table des matier

P. Svarogich

Principia de l'astrologie polyzodiacale

3. Projection mutuelle de 2 zodiaques

Dans l'astrologie par tradition en analysant l'événement passé ou en préparant une prévision on projette 12 cuspides des demeures du zodiaque terrestre sur le zodiaque solaire et les appelle comme cuspides des maisons. La projection mutuelle de 2 zodiaques devient possible après l'identification de deux cercles zodiacaux avec les équateurs correspondants, c.-à-d. après établir la correspondance entre le zodiaque comme une structure dynamique et la construction geometrique sur la sphère céleste. Chaque point sensible sur le premier équateur peut être projeté sur le deuxième équateur en conformité de la règle simple de l'astrologie traditionnelle: la projection (image) du point sur le premier équateur est un point sur le deuxième équateur qui a la même longitude zodiacal sur le premier cercle zodiacal que son prototype.

Notons plusieurs caractéristiques simples de cette projection. Si nous projetons le point du deuxième équateur, qui est de son tour la projection du point du premier équateur, sur le premier équateur, cette projection secondaire ne coïncidera pas avec le prototype initial sur le premier équateur. Cette nature peut donner la naissance aux contradictions apparentes à l'analyse parallèle de plusieurs zodiaques. Si le point sur le cercle zodiacal, qui est projeté sur un autre cercle zodiacal, est une image zodiacal de corps massif localisé au-delà du premier équateur, il est probablement nécessaire d'abord utiliser son image zodiacal directe sur le deuxième équateur plutôt que la projection sur le deuxième équateur de l'image zodiacal du corps massif sur le premier cercle zodiacal. Cette remarque apparemment évidente est de signification considérable pour l'interprétation en limites de l'analyse traditionnelle astrologique de la thème natale. L'interprétation d'une planète dans la maison est pratiquement l'interprétation d'un point obtenu par projection sur le zodiaque terrestre du point, qui est déjà la projection de cette planète sur le zodiaque solaire. Donc planètes dans maisons mieux vaut interpréter directement sur le cercle zodiacal terrestre.

Appelons 2 points d'intersection de deux équateurs et leurs images sur les cercles zodiacaux comme noeuds locaux. Par définition le noeud local de l'équateur de deuxième zodiaque sur l'équateur de premier zodiaque est le noeud ascendant, si a après un petit déplacement du point consideré d'intersection dans la direction positive (sinistrorsum si on regarde du pôle nord) le long de deuxième cercle zodiacal le point obtenu sera plus proche au pôle nord du système des coordonnées équatoriales de premier zodiaque, que le point d'intersection. Le même point d'intersection de deux équateurs peut, selon le cercle zodiacal, être identifié en deux façons: par example le point equinoxial vernal peut être appelé comme un noeud ascendant solaire sur l'équateur terrestre ou un noeud descendant terrestre sur l'équateur solaire (ecliptique).

La longitude zodiacal t 2 sur le deuxième cercle zodiacal de la projection du point de premier cercle zodiacal avec la longitude zodiacale t 1 est calculé en utilisant la formule suivante (sur les deux cercles zodiacal l'origine fondamentale (point oriental) a choisi):
(6)
e 12 — angle entre deux vecteurs de déplacement infinitésimal du point d'itersection de deux équateurs dans les directions positives le long des équateurs considérés (on peut voir de la définition de e 12 que cette valeur n'est pas simplement l'angle entre les plans de deux équateurs, depuis qu'il tombe dans la gamme entre 0° et 180º). tgq1 est défini par la formule (2) pour le premier zodiaque. Le choix positif de signe de l'angle e 12 entre deux plans d'équateurs correspond à la longitude zodiacal écrite dans la formule du noeud descendant local de deuxième cercle zodiacal sur le premier équateur et à la longitude zodiacal de noeud local ascendant de premier zodiaque sur le deuxième équateur.

<<< >>>